Parcours

Nous avons depuis notre création en 1999, cherché à préciser et approfondir notre démarche théâtrale autour d’une écriture de plateau singulière. 

Nous avons fonctionné par cycles de création :

 

:: 2002 - 2005 ::

Création du triptyque IKU, 7 fois dans ta bouche et I’m sorry…

Synthèse des recherches précédentes, ces trois spectacles posaient également les bases des recherches futures. Ils se sont construits sur une forme concert de théâtre, qui travaille sur les lisières, les frontières entre personnage et interprète, jeu et non jeu, pour mettre en place une autre narration.

 

:: 2006 - 2007 ::

Créations simultanées de deux pièces Il y a quelqu’un ? et Je suis….

Deux spectacles en écho, comme une prolongation et une confirmation de nos créations précédentes. Une transition qui nous permet de nous interroger sur la capacité de notre théâtre à exprimer « l’être humain et son rapport au monde ». Je suis… insiste plus précisément sur ce qui nous apparaît comme les dérives possibles du « spectacle ». Nous désirions partager nos inquiétudes sur le ton de la provocation et de l’incitation au dialogue avant de poursuivre.

 

:: 2008 ::

Nous cherchons au fil du temps notre moyen d’exprimer notre regard sur le monde et de partager nos points de vue. Quel plaisir de trouver le chemin entre mots, gestes, images, chant et son en tout genre pour s’adresser aux autres. C’est ce plaisir que nous voulons partager avec Toi, tu serais une fleur, et moi à cheval. (pièce tout public dès 7 ans). Avec Je pensais que mon père…, nous explorons de nouveau l’image pour essayer de rentrer dans la scène et pénétrer l’intimité.

 

:: 2009 - 2010 ::

Nous poussons plus loin encore la confrontation entre le théâtre et la musique. 8760 heures... fait pleinement le pari du concert, dans lequel la narration a trouvé sa place. Nous partons d'un parcours intime, nous pourrions y voir un carnet de voyage visuel et sonore, une année de vie et de souvenirs, d'effets papillon émotionnels. 

 

 

:: 2011 - 2012 ::

Janvier 2011 : création de Platonov mais.... Cette adaptation de la pièce fleuve d'A. Tchekhov est l'occasion de réinterroger la place du corps, de la musique, du son, des images, et nous emmène sur d'autres chemins d'expérimentations. Le texte théâtral nous permet aussi, d'une certaine manière, de trouver une liberté dans notre intention de retranscrire le réel. C'est une pièce comme un tournant, comme un nouveau point d'entrée dans la démarche de la compagnie.

 

En parallèle de la tournée de Platonov mais..., nous entamons l'écriture et la recherche autour de la prochaine création, J'avance et j'efface, dont les thèmes principaux sont la perte de la mémoire et la transmission intergénérationnelle. Nous voulons prendre le temps de réfléchir, de rencontrer, de créer de nouvelles fidélités pour renforcer et développer notre travail autour des différentes formes d'écriture possibles sur un plateau (dessins, mots, images, lumières, sons, etc.). Cette création, qui se situe dans la continuité de Toi, tu serais une fleur, et moi à cheval., verra le jour en octobre 2012 pour laisser du temps libre à la recherche et à la diffusion des spectacles déjà au répertoire. 

 

Enfin, d'autres projets annoncent déjà un nouveau cycle à venir. Ainsi, Les Portraits blésois, proposés en mai 2012 en partenariat avec la Halle aux Grains, scène nationale de Blois, s'appuient sur des rencontres avec des habitants de la ville. Le principe a été imaginé par Georges Buisson et Alain Grasset : "écouter, capter en images et traduire en théâtre des histoires comme les autres par des gens comme tout le monde". A suivre...